Ortie (urtica dioica)

Publié le par Kali

Ortie

Nom commun : Ortie, grande ortie, ortie dioïque, ortie commune.

Nom latin : Urtica dioica

Famille : Urticacées

Description : herbacée vivace alimentaire de 60 à 150 cm de hauteur formant des colonies grâce à ses longs rhizomes. Les feuilles vert foncé, opposées, ovales à lancéolées, bordées de fortes dents triangulaires. Les fleurs sont minuscules et réunies en grappes, celles des femelles sont tombantes et celles des mâles dressées.

Catégorie de végétal : Feuilles

Mode de multiplication :

Qualité du sol :

Amendement & fertilisation :

Exposition :

 

Culture & entretien : Faucher régulièrement l’ortie pour garantir des repousses très rapides avec les fameuses jeunes feuilles recherchées en cuisine.

Période de floraison :

Période de récolte : On peut cueillir l’ortie presque toute l’année de préférence avant la floraison. L’ortie est meilleure lorsqu’elle est consommée dans les 24h qui suivent la cueillette.

Conservation : Faire sécher dans un lieu abrité, sombre, sec et bien ventilé puis stocker dans un bocal fermé à l’abri de la lumière.

Maladies et parasites :

Plantes compagnes & incompatibles :

Rotation :

Utilisation : Les coccinelles aiment se pelotonner et s’abriter dans les touffes d’orties. Les orties sont utilisées pour nourrir les volailles et le bétail. Pour les préparations, il est préférable de cueillir les orties avant la montée en graines.

 

Infusion ou tisane d’ortie : Elle a des propriétés insectifuges et insecticides sur les acariens, les carpocapses et les pucerons. Hacher 100g de feuilles et tiges puis plonger les dans 1 litre d’eau froide et porter à ébullition en couvrant. Retirer du feu aux premiers bouillonnements. Laisser refroidir et mariner pendant 24h sans enlever le couvercle puis filtrer avant de l’utiliser. Effectuer des pulvérisations avec de l’infusion diluée à 10 % (10 centilitres d’infusion dans 1 litre d’eau ou 1 volume pour 9 volumes d’eau).

 

Macération ou extrait à froid d’ortie : La macération permet de repousser les acariens comme les araignées rouges, les carpocapses, les courtilières, les pucerons et tous les vers des fruits. Hacher 100g de feuilles et tiges et mettre dans 1 litre d’eau froide et laisser macérer pendant environ 12h puis filtrer avant utilisation. Effectuer des pulvérisations sur les plantes à traiter avec de la macération pure.

 

Purin ou extrait fermenté d’ortie : Riche en azote, fer, potasse et oligo-éléments. Il renforce les défenses immunitaires des végétaux et accroit les pouvoirs germinatifs des graines. Le purin ou extrait fermenté d’ortie fait partie des meilleurs phyto-stimulants. Il permet aussi de lutter contre la chlorose. C'est aussi un très bon accélérateur de compost. Il peut aussi être utilisé au potager pour prévenir des maladies cryptogamiques. Hacher 100g de feuilles et tiges puis les mettre dans 1 litre d’eau froide et laisser macérer pendant une 15ène de jours. Il faut remuer tous les jours le purin. Filtrer avant utilisation. Effectuer des pulvérisations sur les feuillages avec l’extrait dilué à 5% (5 centilitres pour 1 litre soit 1 volume pour 19 volumes d’eau). Les arrosages au pied des plantes et sur le tas de compost seront faits avec de l’extrait dilué à 10% (10 centilitres dans 1 litre soit 1 volume pour 9 volumes d’eau). Arroser le pied des plants nouvellement repiqués ou la terre la veille des semis et pour prévenir les maladies cryptogamiques avec de l’extrait dilué à 20% (20 centilitres dans 1 litre soit 1 volume pour 4 volumes d’eau).

 

Il est possible de mélanger pour moitié l’extrait fermenté d’ortie avec de l’extrait fermenté de consoude, de fougère ou de prêle. Les extraits doivent être préparés séparément. Ce mélange sera un très bon activateur de croissance pour les jeunes plants nouvellement repiqués. Ensuite, effectuer des pulvérisations sur les plantes avec ce mélange d’extraits dilué à 20% (20 centilitres dans 1 litre d’eau soit 1 volume pour 4 volumes d’eau).

 

Trucs et astuces : Une poignée d’orties dans le trou de plantation des tomates leur apportera beaucoup de vitamines. Au moment du travail de la terre, au mois de mars, mettre quelques feuilles d’orties dans les futurs emplacements des fleurs annuelles. Au mois de mai ou juin, elles seront décomposées et constitueront un bon engrais pour les plantes. Les plantules s’installeront et s’enracineront plus rapidement. Quelques feuilles d’ortie mises en terre avant la plantation des plantes annuelles procure un bon engrais et aide au redémarrage des plants.

 

L’ortie 504 : L’une des six préparations biodynamiques pour le compost biodynamique, de bouse ainsi que pour améliorer les tisanes et purins. Se conserve dans un bocal en verre ou en terre, que l’on enterre et que l’on entoure de tourbe pour éviter qu’elle ne sèche.

La préparation d’ortie se fait à partir de tiges et de feuilles enterrer pendant 1 an dans un lieu exposé au soleil. Ce processus renforce la capacité de la plante à établir un lien entre la Terre et le Soleil et son aptitude naturelle à régénérer et enrichir le sol. Elle agit en favorisant une bonne circulation et prévient les blocages tels que les sols compactés, qui privent les racines d’air, d’eau, de nourriture et de lumière, ou les ralentissements de sève, qui affament les cultures et les rendent sensibles aux maladies et aux ravageurs. 

Récolter l’ortie quand elle est le plus piquante de juin à août lorsqu’elle est en fleur. Laisser sécher quelques heures dans un endroit ombragé et abrité de la pluie. Le flétrissement expose les orties aux forces du soleil estival et permet aussi de mettre plus de plantes dans le contenant. Couper les orties en morceaux et les mettre dans un pot en terre non vernissée qui les protègera contre les vers de terre, friands de ces plantes riches en azote et facilitera leur extraction du sol. Remplir le pot au maximum en tassant fermement les orties. Couvrir le pot avec une tuile ou une dalle maintenue en place avec de la ficelle puis dans un endroit dégagé, ensoleillé et bien drainé, creuser un trou assez grand pour y loger le pot et d’une profondeur telle que les orties soient recouvertes de 30 cm de terre au moins. Enterrer le pot à l’envers afin de protéger le contenu des infiltrations d’eau de pluie pendant cette période sous terre. Ajouter un peu de compost frais puis combler le trou. Marquer l’endroit à l’aide de piquets et n’y toucher plus pendant 1 an. 12 à 15 mois plus tard, déterrer la préparation. Le compost obtenu, sombre et friable dégage  une odeur évoquant le sol feuillu d’une forêt après une averse.

Commenter cet article