Pissenlit (taraxacum officinalis)

Publié le par Kali

Pissenlit

Nom commun : Pissenlit, couronne de moine, dent de lion, florion d’or, laitue de chien, salade de taupe.

Nom latin : Taraxacum officinalis

 

Famille : Astéracées (composées)

Description : Vivace sauvage de 5 à 15 cm de hauteur, très rustique il peut supporter des températures allant jusqu’à -30°C voire plus. Pour beaucoup le pissenlit est classé dans les adventices.. Feuilles persistantes, vertes, dentées et disposées en rosette. Ses fleurs sont de couleur jaune.

Catégorie de végétal : Feuilles

Mode de multiplication : Semis, bouturage et division.

Qualité du sol : Humifère, léger et profond. Il est préférable d’éviter les sols calcaires. Il doit être meuble du fait de sa grande racine pivotante. Peu exigeant il sait se contenter d’une bonne terre de jardin.

Amendement & fertilisation : Fertilisation normale à la fin de l’automne ou au début du printemps avec un engrais naturel et du compost. Eviter les fumures fraiches.

Exposition : De préférence ensoleillée.

Culture & entretien : Les graines se sèment en place du mois de mars jusqu’à la fin du mois de juin de préférence en lune décroissante et en jours lunaires Cancer, Poisson et Scorpion. Les lignes sont distantes de 20 à 30 cm. Après avoir semé, recouvrir les graines avec un peu de terreau et plomber légèrement. Maintenir le sol suffisamment humide jusqu’à la levée. Lorsque les plants ont quelques feuilles, éclaircir à 10 ou 12 cm sur le rang. Si l’on sème en pépinière, repiquer quand les plants sont assez forts, soit 45 jours environ après le semis. Les habiller avant le repiquage (couper environ 1/3 des feuilles et des racines) et praliner les racines dans une bouillie de lithothamme pour faciliter la reprise. La plupart du temps on procède au bouturage courant juillet. Arracher de vieux pieds et choisir les plus belles racines. Diviser les ramifications à l’aide d’un couteau puis praliner l’extrémité de ces ramifications coupées avec une bouillie de lithothamme pour favoriser la cicatrisation. Planter les racines à l’aide d’une houe la coupe vers le haut et son sommet légèrement recouvert. Procéder à des binages et sarclages et arroser en cas de nécessité, le paillage est bénéfique de préférence les jours lunaires Cancer, Poisson, Scorpion. A l’arrachage des anciennes plantes, veiller à ce qu’aucun tronçon de racine ne reste en terre. L’étiolage (blanchiment) se pratique en buttent les pieds en place en automne (vers la fin novembre) pour une terre légère ou en janvier/février si le terrain est lourd argileux ou humide. Il n’est cependant pas très recommandé car le pissenlit perd une partie de ses propriétés au blanchiment.

Période de floraison : D’avril à septembre. Les fleurs de pissenlit sont riches en éléments nutritifs : calcium, cuivre, fer, magnésium, potassium et silice.

Période de récolte : Un pied fournit à sa pleine mesure 2 ans après le semis. Elle s’effectue selon les besoins, généralement à la sortie de l’hiver jusqu’à l’apparition des tiges florales de préférence les jours Cancer et Scorpion. On coupe les touffes au ras du sol.

Conservation :

Maladies et parasites : L’oïdium (les feuilles se couvrent d’un duvet blanchâtre), cette maladie apparaît souvent sur des plantes occupant le sol depuis plusieurs années. Il suffit de couper les feuilles au ras du sol.

Plantes compagnes & incompatibles : Le pissenlit est un mauvais compagnon pour les plantes faisant partie de son proche environnement. En effet il dégage certaines molécules qui sont agressives envers les plantes avoisinantes bloquant ainsi leur croissance. Le pissenlit éloigne les doryphores des pommes de terre.

Variétés :

Rotation : Plante assez épuisante, il entre dans la catégorie des plantes potagères à racines. Attendre 3 ou 4 ans avant de le faire revenir au même endroit.

Utilisation : Il a longtemps été cultivé comme une salade, sa culture étant d'ailleurs la même. Il est très riche en vitamine C puisqu'il en renferme plus que l'épinard. Il est également possible de faire avec les racines de pissenlit séchées puis moulues très fines une sorte de café. Ne contenant pas de caféine mais des vitamines et des oligoéléments il est très bon pour la santé. Nos aïeux en utilisaient fréquemment.

Tisane de pissenlit : Infuser une poignée de fleurs (cueillies en début de matinée avant leur plein épanouissement) dans 1 litre d’eau chaude pendant 5 à 10 minutes. Filtrer le concentré et diluer 1 volume dans 4 volumes d’eau. Pulvériser sur les cultures et le sol environnant. Pour de meilleurs résultats, traiter en début de matinée, idéalement en lune montante.

Macération ou extrait à froid de pissenlit : Elle est un très bon stimulateur de croissance des végétaux (chou, pomme de terre, prunier) et elle présente l’avantage d’accroître et d’améliorer la qualité et le goût des légumes. Hacher 200g de feuilles, fleurs et tiges (possibilité d’utiliser les racines) et les mettre dans 1 litre d’eau froide puis laisser macérer pendant 2 jours. Filtrer avant utilisation. La macération s’utilise pure ou diluée. On l’utilise pure pour arroser la terre au pied des plantes et des légumes au printemps et en automne. Diluée à 20 % (20 centilitres de macération pour 1 litre d’eau) elle est pulvérisée sur les plantes et les légumes.

Le pissenlit 506 : L’une des six préparations biodynamiques pour le compost biodynamique, de bouse ainsi que pour améliorer les tisanes et purins. Se conserve dans un bocal en verre ou en terre, que l’on enterre et que l’on entoure de tourbe pour éviter qu’elle ne sèche.

Commenter cet article